Vole loin de là, attrape le savoir...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Aux portes du savoir [PV : Leila]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yusué Hitsugaya
Glace
Glace
avatar

Messages : 29
Popularité : 32
Date d'inscription : 14/04/2012
Localisation : Quelque part en sa modeste compagnie

Carte identitaire
๑ Chambre: 02
๑ Profil:
๑ Club: Rat de bibliotèque

MessageSujet: Aux portes du savoir [PV : Leila]    Avril 29th 2012, 09:39


Date exacte : 17 Juin
Heure : 09h23
Météo : Soleil, chaleur dès le matin, ça commence bien *piouff*

Même si les premiers rayons du soleil venaient d'apparaître, voilà bien longtemps que j'étais sortie de mon lit. Assise devant mon bureau, je relisais les dernières notes que j'avais pu écrire lors de mes dernières recherche sur l'endroit où Kurosumaki m'avais emmené. Certes, j'étais loin du monde humain rempli de haine et de superstitions douteuses, mais chacune des personnes présente sur cette île n'avait strictement rien d'ordinaire, comme chacune d'entre elle était commandée par un seul et même mouvement. Etait t'elle également accompagnée d'un dragon dans leurs pensées ? Kurosumaki me coupa alors, chuchotant ses quelques mots dans ma tête

-"Je suis le seul, l'unique, douterais-tu de mes paroles ? "

. Sa voix raisonnait en moi comme un ordre, une force d'une puissance extrême qu'on ne peut éviter, qu'on ne peux contredire. Voilà comment j'avais perçue Kurosumaki la première fois. Depuis, le temps avait changé la donne. J'aimais maintenant lui répondre, l'énerver, afin que je puisse sentir sa colère en moi. Sentir cette puissance, c'était comme être supérieure à tout les autres. Un sentiment de puissance qui envahie votre corps, votre âme et votre esprit. Avoir l'impression pendant une petite seconde d'être invisible, comme si rien ne pouvait vous arrêtez. Oui,voilà ce qui manquait à une vie humaine, ce fragment d'enthousiasme, cette perle qui peux faire de vous une personne à part, et non un imbécile qui suis bêtement le mouvement de la bêtise humaine.

-" Ferme là tu veux ? Je t'ai pas demandé de sonner les cloches !"

Je senti en moi une légère pointe de chaleur. Il était quelque peut énervé. Et j'aimais ce sentiment plus que tout. nous étions liée l'un à l'autre par un fil invisible qui faisait que nous étions rassemblé dans un seul et même corps, pour le meilleur, et bien sur, pour le pire. Je ferma mon cahier de note, prenant soin de le mettre dans mon sac. Je pris quelques pièces ainsi qu'un livre récemment emprunté à la bibliothèque. Je coiffa rapidement mes longs cheveux blancs, prenant soin de faire une queue de cheval avec. Attachés de la sorte, personne ne pouvait découvrir son secret, dissimulé sous une capuche, même si quelques mèches rebelles sortaient de celle-ci. Elle couru regarder le temps dehors, constatant qu'il allait faire bientôt très chaud. Elle enfila une petite robe bleu qui lui arrivait juste en dessous des genoux. Bien quelle détestait plus que tout sa couleur de cheveux, elle prenait un très grand soin afin que ses habits ce marient parfaitement avec le blanc immaculée de sa longue chevelure. Puis, elle enfila rapidement une paire d'escarpin, et s'empressa de rejoindre le vieux bâtiment administratif. D'ailleurs, elle n'avait jamais compris pourquoi une telle source de savoir, tel que la bibliothèque, se retrouvait dans ce bâtiment délabré qui menaçait un peu plus chaque jour de s'écrouler. Pourquoi menacer cette source innée, qui est l'histoire de l'homme, la source même de son existence ce trouvait là. Comme si quelqu'un cherchait à effacer toute trace d'un passé cruel et enrichissant. Pour moi, lire était tout. C'est d'ailleurs pourquoi je m'étais résolue à rejoindre le club des rats de la bibliothèque. Pour moi, la disparition des livres serait comme si je venais de souffler mon propre flambeau, comme si j' avais perdu mon bien, mon trésor, ma dot, mon héritage ! Comme si dans ce tombeau des temps devenu répertoire, les témoignages du passé étaient indispensable à la vie et l'essence même de l'humanité et de l'homme. Non jamais, je ne laisserais un tel cahot se produire, kit à devoir emprunter pour l'éternité tout les ouvrages de la bibliothèque. Sortant de cette pensée affreuse de perdre ce qui rythmait mon existence, je me résolu à me dire que je n'aurais jamais assez de place dans ma petite chambre pour accueillir tout les livres de la bibliothèque, et que empilés les uns sur les autres ne ferai que les dégrader un peu plus chaque jour.
Je me dépêcha et accéléra le pas afin d'arriver tout pile pour l'ouverture du monument sacré. La quête de nouvelles découvertes m'enviais plus que tout. Je voulais acquérir cette porte du savoir, qui m'emmènerait loin de toute cupidité et de toute bêtises, que le livre m'ouvre les portes de l'histoire et de la sagesse, qu'il brille et qu'il illumine tout autour de moi, que les écrivains, pour moi prophètes, me transporte à l'intérieur même de leurs âmes et qu'il m'enseigne, à mesure qu'il plonge en mon coeur plus avant, leur chauds rayons de savoir qui m'apaise et me rends plus vivante, c'est là que mon âme interrogée est prête à leur répondre, je me vois alors bonne et meilleure, puis je sens fondre, comme la neige au feu, mon orgueil, mes fureurs, car pour moi la science de l'homme arrive la première. Cette lumière, cette liberté m'atteint un instant de seconde, puis s'éteint, à mesure que j'arrive vers la fin, pour finalement me donner cette sensation inouïe d'être le progrès et la raison dissipant tout délire. Sortant de mon raisonnement, je m'arrêta devant l'énorme porte extérieure qui donnait sur la bibliothèque. Je la poussa doucement, surement par peur de faire effondrer ce bâtiment presque en ruine. Je passa devant la caisse, prenant soin de rendre le dernier livre emprunté, puis je me rendit vers une rangée de livre nommée : " L'histoire par son commencement " cherchant un livre qui pourrait m'intéresser. C'est alors que dans ma maladresse habituelle, je fis tomber les quelques ouvrages que portait une jeune femme en me retournant brusquement. Je me dépêcha de les ramasser tout en m'excusant :

-"Veuillez m'excuser, je vais ramasser ceci de suite. "

Kurosumaki se garda d'exploser de rire. Chacune de mes maladresses le rendait complètement fou. De plus, le fait que je prenne cette voix et cette apparence timide était un simple jeu pour moi et lui. Tromper l'humain, tromper le monde. Ma méchanceté et mon intelligence ne pouvait ressortir derrière cette personnalité simple et timide.

" Ironie du sort, tu t'ai encore fait remarquée"
me chuchota t'il d'un air hautain et amusé

Je chuchota alors, ne prenant garde que la jeune fille se trouvait toujours devant moi, surement sidérée par mon enchainement de maladresses... :

-"Ferme là et occupe toi de tes affaires ! "


Je me dépêcha de tout ramasser, vérifiant que je n'avais abimé aucun ouvrage, et fis un large sourire rempli d'excuses à la demoiselle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leila Reyne
Air
Air
avatar

Messages : 15
Popularité : 19
Date d'inscription : 26/04/2012
Age : 18
Localisation : A Street Sky

Carte identitaire
๑ Chambre: o2
๑ Profil: Collégienne
๑ Club: Astronaute

MessageSujet: Re: Aux portes du savoir [PV : Leila]    Avril 29th 2012, 12:06

Aujourd'hui, c'est temps libre ! Et après son inscription au club des astronautes, Leila comptait bien commencer à étudier ! Mais elle voulait faire la grasse mat' ce matin. Manque de bol, elle avait régler mon réveil sur 9h du matin.

DRING DRING !!! DRING DRING !!!

-La ferme...

DRING DRING !!! DRING DRING !!!

*Il commençait sérieusement à m'agacer !*

Son poing se resserra et frappa violemment le réveil qui tomba en milles morceaux. Sa chute la fit sursauter et sa tête se cogna au mur.

-Aïeuh !! Fait chier ! Marmonna Leila.

La jeune fille prit les morceaux du pauvre réveil et les rangea dans un tiroir. Pas la peine d'essayer de dormir quelques heures de plus. La journée s'annonçait mal ! Leila se leva et ouvrit la fenêtre : les rayons du soleil traversaient les arbres en fleur et dehors il faisais une horrible chaleur. Leila frotta ses yeux et referma les rideaux sur la fenêtre ouverte, histoire d'aérer sa chambre. Elle veilla à ne pas réveiller ses colocataires, entra dans la salle de bain, se déshabilla et pris sa douche. L'eau fut glacée, et elle fit plaisir à l'étudiante. Après cela elle mis un débardeur blanc avec un leggings gris, ses ballerines habituelles et accrocha le pin's de l'académie à son haut, puis se coiffa et se lava les dents jusqu'à ce qu'elles soient archi-blanches ! Ensuite elle mis quelques livres et un carnet de note dans sa sacoche et sortis sans bruit : direction la bibliothèque !

A l'extérieur, beaucoup d'élèves discutaient et profitaient de leur temps libre. Elle chercha du regard un bâtiment délabré d'après ce qu'on lui avait dit, et elle le trouva bien rapidement. Comment pouvais-on abriter une bibliothèque, qui est quand même important dans une académie, sous un toit aussi pourri ? Il faudrait en parler avec l'administration...Bref, Leila entra dans le bâtiment et arriva calmement dans la bibliothèque.

-Bonjour, où sont les livres sur l'astronomie ?

-Zone B étagère 26.


-Hein ? Euh...D'accord. Merci...

*Ca m'avance pas, ça !*

Malgré ces quelques informations, elle trouva rapidement l'ouvrage qu'elle cherchait : "Les étoiles et leurs constellations" Le ciel la fascinait depuis toute petite. Elle voulus se retourner pour aller s'asseoir et commencer à le lire, mais une jeune fille fit tomber son livre et sa sacoche. Toutes les affaires de son sac furent éparpillées.

"Veuillez m'excuser, je vais ramasser ceci de suite."

Elle marmonna quelque chose mais je ne savais pas trop quoi.

-Ce n'est rien, j'aurais dût faire attention où j'allais !

*Et toi aussi par la même occasion ! Grrr...*

Leila l'aida à ramasser et rangea toutes ses affaires avant se s'épousseter. Elle regarda sa montre : 9h25.

-Je suis Leila Reyne...Du club des astronautes. Je venais ici pour étudier un peu les étoiles et... Oh ! Tu es du club des Rats de la Bibliothèque, pas vrai ? Vu le bouquin que tu as là... Bref, je crois que je te dérange...

La fillette croisa les bras sur son livre et commença à partir


Dernière édition par Leila Reyne le Avril 30th 2012, 14:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yusué Hitsugaya
Glace
Glace
avatar

Messages : 29
Popularité : 32
Date d'inscription : 14/04/2012
Localisation : Quelque part en sa modeste compagnie

Carte identitaire
๑ Chambre: 02
๑ Profil:
๑ Club: Rat de bibliotèque

MessageSujet: Re: Aux portes du savoir [PV : Leila]    Avril 30th 2012, 11:30

Pourquoi ma seule faiblesse était ma maladresse engendrée par mes deux mains gauches ainsi que mes deux pieds droits ? Si seulement ce petit défaut était hors de moi, hors de mon corps ... Non, il ne fallait pas penser à cela, je suis forte, je suis fière et nul ne doit me redescendre, quelque en soit les raisons. A mesure que je reprennais confiance en moi, je le sentais s'agiter, comme heureux que je sois de plus en plus forte mentalement et, j'en étais fière. Tout ce qui pouvait le rendre bien était pour moi une force. Je pensa alors à nos rencontres dans le monde des humains, nos nuits glacés, notre amitié, mais aussi nos premières paroles :

" Me vois tu ? M'entends tu ? Si oui, répond à mon appel et je serai celui qui te sortira de ta solitude, celui qui t'aidera dans ta quête, celui qui tuera tes peines, brûlera tes angoisses, détruira tes faiblesses, te rendra forte face à la peur, je serai celui que tu as toujours voulu, un être qui t'accompagne et ne te juge pas, celui qui n'aura que faire de ton apparence physique, celui qui te mènera vers la conquête d'un monde ou les enfants dit "du diable" seront acceptés, quelques soit leur rang,leur catégorie sociale, leur avenir et leurs envies. Je porterai le nom que tu voudras me donner. Tu seras mon maître, je ne serais que ton humble serviteur. Je suis le dernier dragon de glace, je suis seul et surtout, je veux t'aider "



Ces premières paroles raisonnent toujours en moi comme si il me les prononçait chaque jour, comme si chacun de ses mots étaient ceux que j'avais toujours voulu entendre, ces mots à la fois doux et forts, terrifiants et apaisants. Je sortis alors de ses pensées, continuant à ramasser les affaires de la jeune fille. En levant un petit peu la tête, je pu voir une adolescente, limite une enfant. Elle était vêtue d'un legging gris ainsi qu'un débardeur à couleur. De très petite taille, elle ne faisait qu'à peine 11 ans. Son visage, enfantin mais pourtant très lumineux, faisait ressortir en elle une joie exaspérante. Comme si elle était inconsciente, comme si l'enfance n'avait pas quittée son âme et que loin de tout problème, elle riait de cette vie qu'elle mangeait à pleine dent. Une vie où on ne se soucie de rien, on l'on prend les choses comme elles viennent. C'était le type de vie que j'aurai aimé avoir. Mais, malheureusement pour moi, la vie et le destin en avait décidé autrement. Alors que je ramassais rapidement les livres, elle me dis d'un ton enfantin et joyeux :

-Ce n'est rien, j'aurais dût faire attention où j'allais !
Je suis Leila Reyne...Du club des astronautes. Je venais ici pour
étudier un peu les étoiles et... Oh ! Tu es du club des Rats de la
Bibliothèque, pas vrai ? Vu le bouquin que tu as là... Bref, je crois
que je te dérange...


Leila Reyne, ce nom me disait vaguement quelque chose. Je chercha rapidement dans ma mémoire où j'avais bien pu l'avoir déjà entendu. Puis, comme on sursaut en moi, je prononça, alors qu'elle tournait les talons :

- "Mon nom est Yusué, enchantée. Je me disais bien que tu me disais vaguement quelque chose, nous sommes dans la même chambre, j'espère que je ne t'ai pas réveillée ce matin. Je suis ravie de faire ta connaissance. Je ne connais que très peu l'astronomie mais je peux te conseiller quelques livres dont j'ai entendu parler et qui ne sont pas trop mal sur l'astrologie. Celui que tu as pris, " Les étoiles et leurs constellations" n'est d'ailleurs pas trop mal et il est conseillée par beaucoup de monde. Je peux également te proposer " Autour du soleil " qui se trouve Zone B, étagère 25, je ne sais pas si tu l'as déjà lu. Sinon, il y a toujours " Autour de la terre ", un livre assez ancien qui en raconte beaucoup, mais il ne l'on pas ici . Si tu ne la pas lu, je l'ai dans la chambre, je pourrais toujours te le prêter. "


C'est alors que je me releva brusquement. Vite, trop vite. Ma capuche s'enleva, laissant apparaître mes cheveux blancs et mes yeux azurs. Comme si mon pire cauchemar venait de se produire. Ils étaient moches, ils étaient le diable. Mon apparence était mon pire ennemis. Pourquoi ? Pourquoi cette fichue cape avait laissée entrevoir mon visage, mes cheveux ainsi que ma tenue? Non ! Non ! Je ne veux pas... Je remis rapidement la cape,laissant échapper quelques perles salées de mes yeux. Je m' empressa de rendre les affaires de la jeune fille et de tourner les talons vers la sortie. Elle savait où j'habitais, elle savait mon nom et elle ne me verrait plus jamais de la même façon.

-" Je suis maudite, j'en ai marre . Pourquoi ? Pourquoi ?! Si au moins j'avais un moyen de remédier à ça..." dit je en chuchotant


C'est alors que Kurosumaki essaya de me répondre avec une pointe d'ironie dans sa voix.

" Tu avais cas mieux l'attach...."

Je le coupa et renchéris d'un ton ferme et énervée :

-"Sérieusement,boucle là une fois pour toute pour aujourd'hui "

C'était vraiment un mauvais jour ...



Dernière édition par Yusué Hitsugaya le Avril 30th 2012, 14:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leila Reyne
Air
Air
avatar

Messages : 15
Popularité : 19
Date d'inscription : 26/04/2012
Age : 18
Localisation : A Street Sky

Carte identitaire
๑ Chambre: o2
๑ Profil: Collégienne
๑ Club: Astronaute

MessageSujet: Re: Aux portes du savoir [PV : Leila]    Avril 30th 2012, 14:03

"Mon nom est Yusué, enchantée. Je me disais bien que tu me disais vaguement quelque chose, nous sommes dans la même chambre, j'espère que je ne t'ai pas réveillée ce matin. Je suis ravie de faire ta connaissance. Je ne connais que très peu l'astronomie mais je peux te conseiller quelques livres dont j'ai entendu parler et qui ne sont pas trop mal sur l'astrologie. Celui que tu as pris, " Les étoiles et leurs constellations" n'est d'ailleurs pas trop mal et il est conseillée par beaucoup de monde. Je peux également te proposer " Autour du soleil " qui se trouve Zone B, étagère 25, je ne sais pas si tu l'as déjà lu. Sinon, il y a toujours " Autour de la terre ", un livre assez ancien qui en raconte beaucoup, mais il ne l'on pas ici . Si tu ne la pas lu, je l'ai dans la chambre, je pourrais toujours te le prêter. "

-Autour de la Terre dis-tu ? C-C'est exactement ce que je cherchais ! Comment as-tu...

Sa capuche s'enleva, laissant apparaître ses cheveux blancs et ses yeux azurs. Elle remit rapidement la cape,laissant échapper quelques larmes. Elle s'empressa de rendre les affaires de la jeune fille et de tourner les talons vers la sortie. Elle se surpris à aimer le style de la jeune fille, mais chassa cette pensée en secouant la tête. Elle rattrapa Yusué en posant sa main sur son épaule avec un sourire


-Je suis ravie de faire ta connaissance, Yusué. Et même si d'après ce que j'ai vu, tu n'apprécie pas ton physique, tu as l'air puissante et intelligente, sûre de toi... Ah ! Que j'aimerais être ainsi... Mais on en a décider autrement... Enfin je te raconte ma vie, ça t'embêterais de me montrer ce livre ? Je serais enchantée de le découvrir en compagnie d'une colocataire !

Elle pris Yusué par le bras et la raccompagna jusqu'à la chambre. En chemin, une question lui traversa l'esprit :

-Oh, j'espère ne pas t'avoir réveillée ce matin, j'ai eu un soucis de réveil, hé hé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yusué Hitsugaya
Glace
Glace
avatar

Messages : 29
Popularité : 32
Date d'inscription : 14/04/2012
Localisation : Quelque part en sa modeste compagnie

Carte identitaire
๑ Chambre: 02
๑ Profil:
๑ Club: Rat de bibliotèque

MessageSujet: Re: Aux portes du savoir [PV : Leila]    Mai 8th 2012, 09:22

Yusué continua à marcher vers la sortie de la bibliothèque, laissant la jeune fille seule. Pourquoi ? Oui, Pourquoi fallait t'il que ses origines la rattrape à chaque fois. A chaque fois qu'elle approche un autre humain, elle se retrouvait désemparer. Complètement figée face à sa peur, cette seule peur, sa seule et unique faiblesse... Non, elle ne pouvait pas la vaincre et encore moins passer outre. La vie avait décidé pour elle une destiné autre, différente de celle du commun des mortels. Une vie remplie de haine, de force, mais surtout, une vie dépourvue de tous sentiments positifs. Une vie qui l’empêchait d'aller vers l'avant. Elle sentit une main forte et à la fois délicate se poser sur son épaule. Elle se retourna vivement, écoutant les paroles de celle qui l'avait rattrapé.

-Je suis ravie de faire ta
connaissance, Yusué. Et même si d'après ce que j'ai vu, tu n'apprécie
pas ton physique, tu as l'air puissante et intelligente, sûre de toi...
Ah ! Que j'aimerais être ainsi... Mais on en a décider autrement...
Enfin je te raconte ma vie, ça t'embêterais de me montrer ce livre ? Je
serais enchantée de le découvrir en compagnie d'une colocataire !


La jeune fille parlait avec une aisance qui me faisait froid dans le dos. Comme si une pluie de bons sentiments sortaient tout droit de son coeur. Etait-ce sa simple curiosité ? Ou bien juste le fait que je possède un livre dont il ne reste que quelques exemplaire dans le monde ? Je retira vivement la main qui s'était posé sur mon épaule. Il n'était pas content. Il était furieux. N'importe qui qui osait toucher au corps de Yusué le rendait furieux. Elle dit d'un ton fort comme si elle disputait la jeune enfant, laissant s'évanouïr les quelques larmes qui avaient coulé quelques secondes plus tôt:

-"La force de l'esprit est tout, c'est à toi seule de décider si tu veux être forte ou non ! Le destin n'y est pour rien ! Si tu as peur de la force alors combat la avec la faiblesse. Tu es encore trop jeune, ne cherche pas la force, une fois que la force est en toi, elle te détruit également ! Alors, cesse d'être stupide et grandit ! L'ame même de l'écrivain de se livre se trouve à l'intérieur même de ce bouquin. Si tu es trop forte, il te sera impossible de le comprendre, si tu es trop faible tu n'arriveras jamais à le lire jusqu'au bout"

La jeune fille tenta de prendre la main de Yusué afin de la raccompagnée à la chambre qu'elle partageait. Non, elle n'irai pas . Kurosumaki n'était pas d'accord. Il lui en voulait d'avoir laisser couler quelques larmes. Il n'était pas content.

" Tu n'es qu'une incapable et tu es encore bien trop faible à mon goût ! "

" Tais-toi et laisse moi, je t'en supplie ! je n'ai aucunement besoin de tes commentaires désobligeants. Tu m'énerves à la fin ! Bien que tu sois mon seul ami"

"Si tu veux que je sois ton ami et pas celui qui te détruira, devient forte, coûte que coûte sinon ... "

"ASSEZ ! met la en veilleuse ! "

Il ne me répondit pas. Je sentait en lui une profonde colère, mais, à se moment là, j'avais été plus forte que lui. Le corps et mon âme profondément enfouie avait battu l'envahisseur pendant un moment. Cependant, une question se mit en travers de mon chemin. Ai - je vraiment une âme ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leila Reyne
Air
Air
avatar

Messages : 15
Popularité : 19
Date d'inscription : 26/04/2012
Age : 18
Localisation : A Street Sky

Carte identitaire
๑ Chambre: o2
๑ Profil: Collégienne
๑ Club: Astronaute

MessageSujet: Re: Aux portes du savoir [PV : Leila]    Mai 9th 2012, 11:31

Elle retira vivement la main qui s'était posé sur son épaule.Elle dit d'un ton fort comme si elle disputait la jeune enfant, laissant s’évanouir les quelques larmes qui avaient coulé quelques secondes plus tôt:

"La force de l'esprit est tout, c'est à toi seule de décider si tu veux être forte ou non ! Le destin n'y est pour rien ! Si tu as peur de la force alors combat la avec la faiblesse. Tu es encore trop jeune, ne cherche pas la force, une fois que la force est en toi, elle te détruit également ! Alors, cesse d'être stupide et grandit ! L'ame même de l'écrivain de se livre se trouve à l'intérieur même de ce bouquin. Si tu es trop forte, il te sera impossible de le comprendre, si tu es trop faible tu n'arriveras jamais à le lire jusqu'au bout"


Elle la fit sursauter. Jamais Leila n'aurais cru de Yusué, même si elle la connaissait à peine, qu'elle s'énerve ainsi. La jeune fille était frustrée et terrifiée par la personne en face d'elle. Ses jambes tremblaient légèrement. Elle tourna vigoureusement la tête et croisa les bras pour poser ses mains, refroidies par le choc. Le pire dans tout ça, c'est qu'elle n'avait rien compris tu petit discours de Yusué.

"J-Je te demande pardon ! Je ne...Je ne voulais pas t'énerver ! Mais après tout tu as raison...Je suis une incapable ! Je suis faible, et...Et je t'énerve...N-Ne me frappe pas, je t'en supplie ! Ne fait pas comme les garçons idiots, tu n'est pas idiote ! Je veux simplement être ton amie..."

Une larme coula sur sa joue. Cette larme s'illuminait et reflétait la lumière du soleil.

"Tu ne veux pas que je sois ton amie, tu est méchante, c'est ça ? Tu est comme les garçons à l'école ! Moi je ne suis pas méchante, laisse moi ! JE TE DÉTESTE !!!

Et Leila s'enfuit à travers les rayons de la bibliothèque en pleurant. Elle s'agenouilla derrière une étagère et mis son visage pâle dans ses mains tremblante. elle pleurait. Elle avait désormais à la fois peur et elle était à la fois très énervée contre Yusué...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yusué Hitsugaya
Glace
Glace
avatar

Messages : 29
Popularité : 32
Date d'inscription : 14/04/2012
Localisation : Quelque part en sa modeste compagnie

Carte identitaire
๑ Chambre: 02
๑ Profil:
๑ Club: Rat de bibliotèque

MessageSujet: i   Mai 11th 2012, 11:26

La fillette sursauta et laissa couler quelques larmes. Lui avais-je fais peur ? Ou bien elle reconnaissait simplement son ultime faiblesse d'âme ? Quelques sentiments de compassions traversèrent mon esprit. J'avais pitié de se petit être sans defences qui tremblotait devant moi, essayant de cacher au mieux sa peur. Peur ? Oui surement, je devais faire ressentir se sentiment autour de moi. Elle avait vu mes cheveux blancs, elle devait encore penser que j'étais un enfant du diable, dépourvu de toute par d'humanité et de sentiments. Certe, je ne ressentais pas beaucoup de sentiment, mais ceux que je ressentais était bel et bien humain. Haine, énervement, colère. Tout ces sentiments emplissaient un peu plus chaque jour mon âme. Finalement, peut être que j'avais peur. Peur de le perdre, peur d'être seule à jamais. Tout ceux qui m'avaient adresser la parole jusqu'à lors étaient soit mort, soit ne voulant plus me revoir, me laissant le coeur remplie d'une profonde solitude, puis il était arrivé, il avait tout changé, sans jamais ne m'avair jugé. Finalement, je lui devait surement la vie, peut être même la terre entière. Je revins au petit être en larme devant moi. Frêle, petite et sanglotante, elle ressemblait à un petit chaton tout juste abandonner par sa mère, livrée seule à la vie, sans défense ni même d'existence propre. Jusque lors, tout lui avait surement été servit sur un plateau, papa et maman lui apportant nid douillet et nourriture à volonté. Mais seule dans cette nature hostile, elle ne savait comment s'en sortir, se délivrant à la première venue comme dans un livre ouvert. Comme si à chaque parole, elle se dévoilait un peu plus à moi, comme si je pouvais tourner chacune des pages ou est écrit sa petite et pitoyable existence. Yusué la regarda à nouveau, laissant échapper un "pfff" et tourna le regard vers un ou deux bouquins qui était sur l'étagère à droite. Elle avait pris soin de bien garder sa capuche noire, afin que personne ici ne voit à nouveau son péché. Elle remarqua que la jeune fille se mis à croiser les bras, et à lui dire en sanglotant:

"J-Je te demande pardon ! Je ne...Je ne voulais
pas t'énerver ! Mais après tout tu as raison...Je suis une incapable !
Je suis faible, et...Et je t'énerve...N-Ne me frappe pas, je t'en
supplie ! Ne fait pas comme les garçons idiots, tu n'est pas idiote ! Je
veux simplement être ton amie..."

Mon amie ? Moi qui devait la frapper ? Décidément, ce jeune chaton ne semblait pas à l'aise devant moi. Je savais très bien que je pouvais faire peur, mais de la à croire que je pouvais frapper cette petite fille... Cela me dépassait. Je n'étais pas... si méchante que cela. Non, je ne me le permettrais pas. J'avais vu le dernier jour mon père taper sur ma mère. Et jamais, non jamais, je ne revoudrais voir quelqu'un battre une personne plus faible qu'elle, pour un soucis d'entente ou bien de mensonge. Pire que de la haine, se genre de chose étaient pitoyable, voir insensé. Je ne pouvais tolérer ça, ni la remarque que la jeune fille venait de faire. Je lui dit alors, me retournant vers elle :

"Jamais, non jamais, je ne frapperai plus faible que moi pour une si stupide cause, me prendrais tu toi aussi pour le diable, pour Satan lui même ? Même si mes cheveux ne sont pas des stéréotypes humains, je n'ai pas de queue et de petites oreilles rouges. Vous êtes... tous pareil... "

Une larme coula sur la joue de la jeune fille. La larme sentait la pureté et l'innocence de l'âme de la jeune fillette. Celle-ci reflétait un rayon de soleil tel un diamant des plus purs. Puis, elle se mis à chigner :


"Tu ne veux pas que je sois ton amie, tu est méchante,
c'est ça ? Tu est comme les garçons à l'école ! Moi je ne suis pas
méchante, laisse moi ! JE TE DÉTESTE !!!


Moi, méchante ? Pas son amie ? Cette jeune fillette ne comprenait donc strictement rien, je n'avais jamais eut d'amis. Je n'avais jamais éprouver ce sentiment qu'est l'amitié. Comment pourrais-je lui mentir en lui disant et en exprimant quelque chose dont je n'ai jamais connu l'existence ? De plus, me comparer à un de ses minables de garçon qui se sentent supérieurs aux femmes par l'histoire ? Non, non, j'étais ignoble et haineuse, mais, je n'étais pas cela. Certe, j'avais tendance à prendre un peu les personnes de haut, m'enfermant moi même dans ma carapace. Je ne voulais plus souffrir et perdre à nouveau un être cher. C'est pourquoi je ne m'approchais plus de personne. La jeune fille couru dans les rayons de la bibliothèque en pleurant. J'y avais surement été un peu fort, mais disant elle même vouloir conquérir la force, pourquoi n'essayais t'elle pas maintenant ? J'hésita quelques secondes avant d'aller la rejoindre au pied d'une étagère, deux rayons plus loin. Je lui tendit la main, lui parlant cette fois avec une voix douce et apaisante :

"Désolé si j'ai pu y aller un peu fort avec toi, mais tu sais, c'est dans mon caractère. Et non, je ne suis pas méchante. Ce n'est pas que je ne t'aime pas et que je ne te veux pas comme amie, le problème, c'est moi... Je n'ai jamais eut d'amie. "

Une perle salée coula a nouveau, et la cape se retira une seconde fois, laissant de nouveau apparaître mes cheveux blancs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leila Reyne
Air
Air
avatar

Messages : 15
Popularité : 19
Date d'inscription : 26/04/2012
Age : 18
Localisation : A Street Sky

Carte identitaire
๑ Chambre: o2
๑ Profil: Collégienne
๑ Club: Astronaute

MessageSujet: Re: Aux portes du savoir [PV : Leila]    Mai 12th 2012, 08:54

"Désolé si j'ai pu y aller un peu fort avec toi, mais tu sais, c'est dans mon caractère. Et non, je ne suis pas méchante. Ce n'est pas que je ne t'aime pas et que je ne te veux pas comme amie, le problème, c'est moi... Je n'ai jamais eut d'amie. "

Leila la dévisagea quand même quelques secondes, puis peu a peu elle pris pitié. Quelqu'un qui n'a jamais eu d'amie ? Pour elle, c'était impossible... Même si ces cheveux blancs la trahissait, elle savait qu'au plus profond de son coeur, elle en voulait...

-Tu n'a jamais eu d'amis ? C'est impossible, on a tous des amis... Et non, je ne pense pas que tu soit le diable, le diable déjà c'est un homme et puis t'es pas toute rouge. Moi je t'aime bien, c'est toi qui t'énerve toute seule. Je ne te crois pas folle, mais ce n'est pas dans la folie que tu te fera des amies.

Elle la vit. Cette larme coulant sur sa joue. Cette larme qui représentait toute la tristesse de son âme. Qu'elle en avait pitié ! Elle se releva subitement et se mis à l'enlacer, à ses risques et périls.

--Tu veux être mon amie, alors ? Ou tu veux être comme les méchants garçons ? Moi je veux être ton amie, depuis mon arrivée je n'ai jamais eu d'amis... Je n'aime pas te voir pleurer, tu est jolie, gentille, même si tu t'énerve... J'ai confiance en toi, moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yusué Hitsugaya
Glace
Glace
avatar

Messages : 29
Popularité : 32
Date d'inscription : 14/04/2012
Localisation : Quelque part en sa modeste compagnie

Carte identitaire
๑ Chambre: 02
๑ Profil:
๑ Club: Rat de bibliotèque

MessageSujet: Re: Aux portes du savoir [PV : Leila]    Mai 20th 2012, 09:42

Une larme douce et soyeuse glissait le long de sa joue. Chaque rayons du soleil qui la touchait étaient reflété tel un miroir, ou bien encore une glace. Non, sa vie n'avait pas été rose, pleine de joie et de bonne humeur. Tout sentiment positif avait toujours été hors de moi, me reniant comme si j'étais une pestiférée. La douleur, au contraire, faisait entièrement partie de mon âme. Même si la douleur faisait mal, j'avais appris à vivre avec, comme si un espèce d'arrangement avait été fait entre nous, une "colocation" dans ma propre âme. C'est alors que je le sentit, ce souffle divin et effrayant, qui se réveillait en moi. Il s'était rendormis, mais à l'appel même de la douleur, il s'était réveillé. C'était à la fois rassurant et apeurant. Que pensait -il de mon comportement ? Oui, là, je ne reflétais qu'une profonde pitié à mon interlocuteur, une profonde faiblesse, une âme déchirée et, je pouvais le sentir, il n'était vraiment pas d'accord.

" Yusué, tu me fais vraiment pitié... C'est donc cet être là que j'ai décidé d'aider ? Non, l'humaine que j'avais choisit était différente, elle était forte et non une loque. As tu vraiment besoin d'amis ? Non, tu n'en a jamais eut besoin, cela t'aurait juste mener à ta perte. Tu ... Tu me déçois... "

Ce dernier mot résonna en moi comme un gong. C'était la première fois qu'il me paraissait aussi déçu, lui qui m'a sauvé, lui qui à été mon protecteur, mon seul et unique compagnon. Jusque là, il est vrai que je n'avais jamais eut d'amis et, que pour dire, je n'en avait jamais eut besoin. Sa seule présence avait été mon réconfort, et chaque jour passé avec lui 'avait rendue plus forte, plus moi. J'avais appris pendant tout ce temps la force, le pouvoir et grâce à lui, mon âme était renforcée de toute part. En lâchant ces quelques larmes, j'avais fait une faille dans le mur qui entourait mon coeur. Une faille presque irréparable, une faille digne du dernier coup qui avait fait chuter le mur de Berlin. Il faillait réparer cela au plus vite, pour que jamais le mur s'effondre, pour que jamais je ne le perde....
Sortant de mes plus tristes pensées, je regarda la jeune fille qui me parlait.

-Tu n'a jamais eu d'amis ? C'est impossible, on a tous des amis... Et non, je ne pense pas que tu soit le diable, le diable déjà c'est un homme et puis t'es pas toute rouge. Moi je t'aime bien, c'est toi qui t'énerve toute seule. Je ne te crois pas folle, mais ce n'est pas dans la folie que tu te fera des amies.

La folie ? Non, j'étais très loin d'être folle. Cette enfant était donc loin d'être mature pour essayer de comprendre les quelques sentiments que je pouvais éprouver. La douleur, la force, la rage, tout cela lui était inconnu. C'était cela, la faiblesse des enfants humains. Transporté dans un monde ou tout est fait entièrement de rose, ils sont inconscient de la douleur que représente la vie, , de la souffrance que représente une âme. C'est en entrant dans la vie adulte qu'ils chutent de très haut, découvrant avec stupeur que se que leur a forgé leur parents n'était que tapisserie, et que derrière se rose inouï, se cache des couleurs sombres et macabres, des couleurs dignes des enfers. La jeune fille m'enlaça, sans penser aux conséquences de ses actes. Il n'aimait pas qu'on me touche. Lui seul avait le droit sur mon corps et il ne laisserait pas passer cet ultime faiblesse. Je le sentit rapidement monter en puissance. A ce rythme, il allait pouvoir rapidement prendre le contrôle sur mon corps. Avant qu'il n'est plus prendre entière partie sur mon corps, elle prononça ces dernières paroles.



-Tu
veux être mon amie, alors ? Ou tu veux être comme les méchants garçons ?
Moi je veux être ton amie, depuis mon arrivée je n'ai jamais eu
d'amis... Je n'aime pas te voir pleurer, tu est jolie, gentille, même si
tu t'énerve... J'ai confiance en toi, moi.


Sans était trop. Je n'étais plus là ... Il repoussa la jeune fille

-Toi, enfant fragile et inconsciente, penses-tu que tes simples mots changeront la douleur de toute une vie. Tu es pitoyable derrière tes gentillesses pleines de compassion. Elle n'a pas besoin d'ami, elle est seule et à toujours vécu seule. Elle est forte, même si son âme présente encore quelques faiblesse, mais toi, oui toi, tu n'es qu'une faible sans aucun avenir. Tu aurais du depuis longtemps prendre de la force, de la confiance en toi. Tu es... tellement fragile... Ton âme est juste dévorée par le remord. Tu devrais grandi....

J'en avait entendu assez. Il n'avait pas le droit de faire aussi mal aux personnes qui souhaitaient juste m'aider.

"Kurosumaki.... ASSEZ ! "

Il se replia doucement, me laissant à nouveau maître de moi même. Je regarda la jeune fille aux allures désemparée à cause de se qu'il s'était passé. Je le repris contre moi, lui chuchotant ces quelques phrases.

-"je suis vraiment désolé pour ce qu'il vient de se passer , je n'étais plus vraiment moi... Si tu veux allons dans la chambre chercher ce livre qui t'intéresse ..."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leila Reyne
Air
Air
avatar

Messages : 15
Popularité : 19
Date d'inscription : 26/04/2012
Age : 18
Localisation : A Street Sky

Carte identitaire
๑ Chambre: o2
๑ Profil: Collégienne
๑ Club: Astronaute

MessageSujet: Re: Aux portes du savoir [PV : Leila]    Mai 30th 2012, 17:35

Après ces paroles que Leila avait sortit instinctivement, Yusué repoussa la jeune fille et pris une voix légèrement différente qui donnait des frissons.

-Toi, enfant fragile et inconsciente, penses-tu que tes simples mots changeront la douleur de toute une vie. Tu es pitoyable derrière tes gentillesses pleines de compassion. Elle n'a pas besoin d'ami, elle est seule et à toujours vécu seule. Elle est forte, même si son âme présente encore quelques faiblesse, mais toi, oui toi, tu n'es qu'une faible sans aucun avenir. Tu aurais du depuis longtemps prendre de la force, de la confiance en toi. Tu es... tellement fragile... Ton âme est juste dévorée par le remord. Tu devrais grandi....

Elle s'arrêta net. Le coeur de la petite étudiante battait a cent à l'heure, on aurais presque put l'entendre ! Bouche bée, elle reculait petit à petit, par peur de la jeune fille. Elle était traumatisée par celle-ci, amis elle en avait honte. Avoir peur d'une amie !

-"je suis vraiment désolé pour ce qu'il vient de se passer , je n'étais plus vraiment moi... Si tu veux allons dans la chambre chercher ce livre qui t'intéresse ..."

-J...Je ne veux plus ! Tu...Tu m'a fais peur... Je veux juste être ton amie, mais puisque tu ne veux pas, alors je ne veut pas...

Leila reculait toujours, apeurée, tandis que Yusué se rapprochait pour l'emmener. La petite fini par ouvrir une porte inconnue derrière elle et continua de reculer, pensant que c'était la porte d'entrée. La fameuse porte était en vérité une large fenêtre qu'elle venait d'ouvrir. Elle trébucha en tremblant et tomba par dessus la fenêtre en hurlant. Tous les étudiants de la bibliothèque se retournèrent, choqué et désemparés. Leila se sentait véritablement tomber, elle sentait l'air lui fouetter le visage et la nuque, même si la hauteur était plutôt basse. Cependant elle gardait une main en l'air et fermait les yeux. Si elle devait se blessé grièvement, elle aurait au moins eu une amie.


-Mon amie... Pensa-t-elle avec un sourire.

[HRP] Je te déconseille fortement de la laisser se péter une jambe par terre ! [/HRP]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yusué Hitsugaya
Glace
Glace
avatar

Messages : 29
Popularité : 32
Date d'inscription : 14/04/2012
Localisation : Quelque part en sa modeste compagnie

Carte identitaire
๑ Chambre: 02
๑ Profil:
๑ Club: Rat de bibliotèque

MessageSujet: Re: Aux portes du savoir [PV : Leila]    Juin 7th 2012, 16:15

Il avait vraiment du lui faire peur, à moins qu'elle soit ultra résistante. Non, vraiment, pourquoi s'en était t'il mêler ? Est ce l'orgueil, la joie de me voir déçue à nouveau ? Le fait qu'ils veulent que je vive et meure sans jamais n'avoir eut que lui comme amie ? Il m'avait énervé, à un point ou jamais je n'avais pu l'être. Cependant, je montrais toujours cette mine aimable devant la jeune fille qui se trouvait toujours devant moi, essayant de faire quelques pas en arrière par-ci par là .

"Pour le coup, t'es vraiment un emmerdeur de première "

"Tu n'as pas le droit de me dire cela, tu sais très bien ce que cela te coûtera ! "

" Peut importe le prix, peut importe ton choix, je ne respecterai que ma seule et unique volonté. Or, celle ci n'est pas de faire le mal autour de moi, mais simplement de rendre les gens heureux ... "

" C'est l'hopital qui se fout de la charité là... Hahaha... Yusué Histugaya, se laissant posséder par un démon et qui veut faire le bien malgré tout ? C'est .... Pitoyable !! "


"Grrrr "


Je sortis de ma conversation avec Kurosumaki, me rendantt compte que celle ci s'éloignait un peut de moi à chaque seconde. Elle recula de plusieurs mètre avant de tirer la fenêtre, telle une porte , vers elle. Un flash me parcoura l'esprit. Avait t'elle remarquée qu'il ne s'agissait que d'une simple fenêtre, et non d'une porte ? Mais aussi qu'elle se trouvait à quelques mêtre de hauteur, la bibliotèque étant surlevée ? Ou bien, allait t'elle continuer à reculer sans y prendre garde pour finalement tomber ? Avant que je ne puisse me rendre compte qu'elle n'avait pas compris qu'il s'agissait d'une fenêtre, elle bascula par la fenêtre, criant le plus fort qu'elle pouvait. Puis elle me regarda comme une dernière fois, prononçant sur ces lèvres :

Mon amie...


-" Nooooooooooooonnnnnnnnnnnn !!! "

Je me précipita vers la fenêtre, essayant coûte que coute de la rattraper. Ce fut au dernier moment que j'agrippa un bout de sa main. Aidée par une personne que cette jeune Leila avait interpeller en criant, nous la remontâme, en chair et en os.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leila Reyne
Air
Air
avatar

Messages : 15
Popularité : 19
Date d'inscription : 26/04/2012
Age : 18
Localisation : A Street Sky

Carte identitaire
๑ Chambre: o2
๑ Profil: Collégienne
๑ Club: Astronaute

MessageSujet: Re: Aux portes du savoir [PV : Leila]    Juin 8th 2012, 14:18

Une main...Non, deux mains ! Cependant, l'une elles insufflait toute la joie de vivre et l'amitié envers Leila. Des sentiments qu'une personne avait toujours nier, mais que ne lui résistait plus. La jeune fille rouvrit les yeux et distingua Yusué et un inconnu qui l'avait rattraper de justesse. Les larmes aux yeux, elle était remonter avec difficulté en un seul morceau. Yusué gardait un sourire, malgré la peur qui se lisait encore sur ses yeux. Leila essuya ses lames et se jeta dans les bras de sa nouvelle amie.

-Pardonne-moi ! Je n'ai pas vu où j'allais ! Je ne pleurerai plus comme une faible ! Je ne te demanderais plus d'aide ! Je ferais ce que tu voudras mais par pitié arrête de me faire peur, Yusué, mon amie !
Elle serrait avec ses bras légers le buste de la jeune fille en tremblant. L'inconnu les quitta et elles restèrent seules, enlacées. Ce fut Leila qui rompit le silence.

-Je veux bien voir ton livre...

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aux portes du savoir [PV : Leila]    

Revenir en haut Aller en bas
 
Aux portes du savoir [PV : Leila]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les expressions et vocabulaire à savoir par votre perso
» La Tour du Savoir
» question sur : le savoir construit les hommezs
» Les Portes de la Moria
» Dans la vie , il est important de savoir perdre que de savoir gagner. A 70 ans ,

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
๑ Street Sky :: L'ACADEMY DES NUAGES, YEAH COME BACK ! :: Bâtiment administratif - Intérieur :: La bibliothèque-
Sauter vers: